9 bd. du 32ème Régiment d'Infanterie - 02700 CONDREN
Tél. : 03 23 57 11 82 - Fax : 03 23 57 15 58
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
machine speciale automobilemachine speciale agroalimentairemachine speciale production industriellemachine speciale fonderie forgesmachine speciale verreriemachine speciale industrie plastique
 
 
This bridge is very long
This slideshow uses a JQuery script adapted from Pixedelic

Michel RABACHE, né en 1936, démarre comme ouvrier tourneur-fraiseur au début des années 50, salarié d’une entreprise du Ternois (Aisne). Il fait vite carrière au point d’être recruté en 1963 comme Chef d’atelier chez Lamaury Wald (Saint-Quentin). A son compte à partir de 1967, il installe rue Victor Bach à TERGNIER un petit atelier de tournage-fraisage où il recrute ses premiers employés. Apportant son fonds artisanal, il fonde en octobre 1970 son entreprise de mécanique générale, la Société de Mécanique Industrielle Ternoise (S.M.I.T. S.A.).

L’activité prenant de l’essor, il délocalise en 1971 la partie technique de son activité rue Condorcet à TERGNIER, dans des locaux plus vastes récupérés des Etablissements CELDRAN qui se sont éloignés à BEAUTOR ; en 1973, la SMIT quitte la rue Victor Bach, les bureaux rejoignant les ateliers de la rue Condorcet ; et en 1975, les locaux ex-CELDRAN devenus petits à leur tour, la SMIT s’installe en zone industrielle de CONDREN sur un terrain nu qu’elle acquiert : c’est donc dans un bâtiment neuf que sont installées les activités de soudure, chaudronnerie et peinture ; en 1977, les bureaux quittent eux-aussi la rue Condorcet pour CONDREN où des locaux de bureau sont bâtis ; enfin en 1978, un second bâtiment est monté pour abriter les tours et les machines outils qui quittent les locaux d’ex–CELDRAN, définitivement abandonnés : de ternoise, la SMIT SA devient Société de Mécanique Industrielle et Technique. Les machines à commande numérique apparaissent progressivement, et sur ces bases solides, une nouvelle activité démarre : la machine spéciale, au profit de laquelle on détache un premier personnel de l'atelier d'usinage pour la réparation mécanique, puis on recrute un premier dessinateur, et pour laquelle enfin, un troisième bâtiment est construit en 1990. Mais Michel RABACHE prépare déjà sa retraite, et se tourne vers des investisseurs : en 1991, la SMIT est rachetée par le Groupe FONDACO, déjà repreneur de CELDRAN, en faillite quelques années auparavant.

 Société en pleine mutation reprise par ses salariés, le Groupe FONDACO, numéro trois des fondations spéciales en France, réalise plusieurs acquisitions dans la région, dont CELDRAN en 1987 et la SMIT en 1991, où Michel RABACHE assure la direction des opérations jusqu’à sa retraite (1996) tandis que FONDACO oriente le développement de l’entreprise : un responsable administratif nommé en interne pour assurer la cohérence de gestion, le service « méthodes » équipé de matériels de DAO, de tables traçantes, changeant de dimension pour devenir l’embryon de l’actuel bureau d’études qui recrute les personnels capables de mettre en œuvre ces moyens dont son premier ingénieur responsable. Si un centre d’usinage moderne et quelques autres outillages de haute technicité arrivent à l’atelier de fabrication, la SMIT choisit résolument la machine spéciale, sa spécialité actuelle et la part principale de son chiffre d'affaires, sans pour autant délaisser l’outillage et l’usinage, ses métiers de base. Elle se rapproche naturellement de CELDRAN, tant à raison de leur proximité que de la complémentarité existant entre leurs activités.

Fort de sa réussite et parce que ses principaux actionnaires approchent de la retraite, FONDACO cherche un repreneur, qu’elle tarde à trouver… au prix de sa santé économique : ce n’est donc plus l’entreprise des succès qui est rachetée par SOLETANCHE Entreprise en 1992, mais une société quasiment dépouillée des cadres-actionnaires qui avaient fait son succès. L’acquéreur se voit vite contraint à la liquidation avant faillite et en 1993, il charge trois de ses cadres dirigeants de mener à bien la mission en privilégiant la « douceur sociale » et la « neutralité financière » des opérations. Le premier, désigné liquidateur amiable, isole d’ex-FONDACO les activités encore porteuses d’avenir dont la SMIT – qu’il pilote directement – et CELDRAN – confiée au second – le troisième assurant quant à lui la gestion financière et administrative de l’ensemble qui commence à prendre corps. A la retraite de Michel RABACHE (1996) un nouveau directeur est enfin recruté.

Plus vite que CELDRAN, la SMIT retrouve la croissance et investit pour son développement. Mais la conjoncture qui pèse alors sur le BTP contraint SOLETANCHE à un plan social et à se dessaisir de toutes les activités non centrées sur ses métiers traditionnels pour finalement fusionner avec son concurrent de toujours : BACHY. Le liquidateur amiable est donc pressé de trouver acquéreur pour les sociétés issues de ces rachats nombreux, toujours détenues par SOLETANCHE-BACHY.

C’est donc avec ses deux collègues de SOLETANCHE–BACHY plus sept des cadres de SMIT ou de CELDRAN que le liquidateur amiable propose, négocie et emporte le rachat de ces deux sociétés à SOLETANCHE-BACHY : MECAEUROPE S.A. est fondée le 1er octobre 1998 à Beautor pour ce rachat, signé neuf semaines plus tard à Nanterre. Le développement de la SMIT s’inscrit depuis dans la synergie du Groupe MECAEUROPE (voir "Le Groupe").

Pour harmoniser la structure du Groupe (séparation des activités du patrimoine immobilier), l'activité de la SMIT a été apportée en mai 2012 à une nouvelle filiale SMIT, société par actions simplifiée unipersonnelle, la Société de Mécanique et d'Ingénierie Ternoise, dans le cadre de la restructuration sociale de « VIP-Groupe Méca » où fut notamment rétablie une société holding à sa tête : la « Vermandoise d’Investissement & de Participation » (V.I.P. S.A.).

Et enfin en août 2016, en vue d'accélérer le développement séparé d'activités dont les synergies se sont érodées au cours des années, cette SMIT SAS a connu un nouvel événement : elle a procédé à sa scission, apportant sa branche d'activité "Usinage" à une filiale préexistante du Groupe et sa branche d'activité "Machines spéciales" à une société nouvelle constituée pour la circonstance : la Société de Machines et d'Ingénierie Ternoise, toujours une SMIT SAS... C'est notamment dans ce nouveau cadre que se développe maintenant une activité nouvelle de prototypage et de fabrication additive de pièces plastique, un tournant pour les activités.